Son montant s’élève à 1 000 € par trimestre, soit 4 000 € sur un an pour un salarié à temps plein. Pour les salariés à temps partiel, ce montant est réduit en proportion du temps de travail. En pratique, cette aide permet de compenser, pendant la première année, les cotisations sociales dues jusqu'à deux fois le montant du SMIC horaire.

Les conditions à remplir sont les suivantes :

  • le jeune doit être embauché en contrat à durée indéterminée (CDI) ou en contrat à durée déterminée (CDD) d’une durée d’au moins trois mois et pour un salaire inférieur ou égal à deux SMIC ;
  • le jeune doit rester en poste au moins trois mois dans le cabinet à compter de son embauche ;
  • l’employeur ne doit pas avoir procédé à un licenciement économique sur le poste concerné depuis le 1er janvier 2020.

Pour obtenir cette aide, il faut déposer dans les quatre mois qui suivent l’embauche une demande à l'Agence de services et de paiement (ASP), via une plateforme de téléservice qui sera ouverte à compter du 1er octobre 2020 (décret 2020-982 du 5.8.2020, JO du 6).

jeune femme travail.jpg
Share