Jusqu’au 31 août 2020, tout employeur avait la possibilité de verser à ses salariés une prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (Pepa), exonérée de cotisations et d’impôt dans une certaine limite. La 3e loi de finances rectificative pour 2020 reporte au 31 décembre 2020 cette possibilité offerte aux employeurs.

Les conditions de versement de la prime sont en revanche, inchangées :

  • elle est destinée à augmenter le pouvoir d’achat des salariés et vient s’ajouter à leur rémunération habituelle ;
  • elle peut bénéficier aux salariés dont la rémunération est inférieure à trois SMIC ;
  • elle est exonérée de toutes cotisations et contributions sociales, de CSG et de CRDS, dans la limite de 1 000 € par bénéficiaire, ou de 2 000 € si l’employeur met en œuvre un accord d’intéressement ;
  • dans cette même limite de 1 000 € ou 2 000 €, la prime n’est pas soumise à l’impôt sur le revenu du salarié.

 

calculatrice.jpg
Share